Épargne
    OK
  • Devis
    OK
  • Agence
  • Contact
  • FAQ

Option capital protégé : un support d'investissement inédit

Cette option est une solution inédite qui allie le rendement du fonds en euros de La Mondiale à une poche de diversification en unités de compte tout en bénéficiant au terme de la protection assureur.

En synthèse

 
Protection du capital :  l’Option Capital Protégé est composée exclusivement d’un EMTN assorti d’une protection* de l’assureur, La Mondiale Partenaire à l’échéance, et d’une garantie apportée par la Société Générale, structureur de l’EMTN, à hauteur de 90% de la valeur initiale nette investie tout au long de la durée de vie de l’option.
 
Cette option s’adresse aux personnes recherchant un potentiel de performance supérieur au fonds en euros. 
 
Recherche de performance : dans le contexte de baisse des taux de rendements des fonds en euros, cette solution propose l’association de la solidité du fonds en euros à une poche de diversification afin de tirer profit du potentiel de performance des marchés financiers. 
 
*en l’absence de désinvestissement en cours d’option le capital est protégé à l’échéance de l’option
 

En détail

 
L’EMTN est composé de 2 poches :
  • Une poche répliquant le rendement du fonds en euros de La Mondiale
  • Une poche de diversification à travers un indice actions 
 
A l’échéance de l’option, l’assureur compare le montant de l’épargne disponible sur l’option au terme au montant du capital protégé. Ce capital protégé est égal à l’investissement initial, diminué des frais sur versements, des frais d’arbitrage et des frais de gestion sur encours.
Si l’épargne au terme est supérieure au capital protégé, l’assureur verse l’épargne.
A l’inverse si l’épargne au terme est inférieure au capital protégé, l’assureur verse alors le capital protégé.
 
 

Accessibilité 

 
L’Option Capital Protégé est accessible en effectuant un nouveau versement ou un arbitrage en provenance du fonds en euros au sein de la gestion libre/orientation libre des contrats AG2R LA MONDIALE.
Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi