Retraite
Retraite complémentaire 2019, </br>quels changements </br>pour les retraités ?

Retraite complémentaire 2019,
quels changements
pour les retraités ?

Les régimes de retraite complémentaire des salariés du privé, AGIRC et ARRCO
vont fusionner dès l’année prochaine. Cette réforme s’accompagnera de changements
qui impacteront directement le niveau des pensions de certains retraités.
Le point sur tout ce qui va changer.

Un seul régime complémentaire obligatoire Agirc-Arrco 

A partir du 1er janvier 2019, tous les salariés du privé (cadres et non cadres) n’auront plus qu’un seul régime complémentaire obligatoire, en plus du régime de base. Il s’agit d’Agirc-Arrco, résultat de la fusion des deux régimes de retraite complémentaire du secteur privé.  

 

Le régime complémentaire restera un système de retraite par répartition fondé sur un compte de points. Un salarié du privé acquiert un nombre de points tout au long de sa carrière, lequel correspond à un niveau de pension de retraite.  

 

Les points Arrco deviendront automatiquement des points Agirc-Arrco tandis que les points Agirc seront convertis selon une formule qui garantit l’équivalence des droits acquis. Pour qu’il ne reste ainsi que des points Agirc-Arrco. 

 

Qui sera impacté par la minoration ? 

En plus de cette fusion des régimes, un système de bonus-malus sera mis en place dès l’année prochaine afin d’encourager les salariés à différer leur départ à la retraite.  

  

A partir du 1er janvier 2019, les futurs retraités nés à partir de 1957 qui partiront à la retraite, dès qu’ils ont droit à une retraite à taux plein, se verront appliquer une minoration de 10% sur leur pension de régime complémentaire pendant trois ans, et au plus tard jusqu’à leurs 67 ans.  

 

Qui sera épargné ? 

Cette minoration sera abaissée à 5% pour les retraités assujettis à la CSG à taux réduit de 3,8%. 

Les retraités exonérés de CSG échapperont quant à eux à toute minoration.  

 

Les personnes en situation de handicap présentant un taux d’incapacité d’au moins 50% en seront également totalement exemptées. Ce sera aussi le cas des aidants familiaux et des personnes reconnues inaptes au travail.  

 

Les salariés nés à partir de 1957, qui prendront leur retraite avant le 1er janvier 2019 au titre d’une retraite anticipée, ne seront pas non plus concernés par la minoration. 

 

Qui profitera d’une majoration ? 

A contrario, les salariés nés à partir de 1957 qui décideront de repousser leur départ à la retraite d’un an n’auront ni majoration, ni minoration.  

 

Pour ceux qui font le choix de décaler leur retraite d’au moins deux ans, la pension Agirc-Arrco sera majorée de 10%. Elle sera gonflée de 20% pour les salariés travaillant trois années supplémentaires et de 30% pour quatre années supplémentaires. 

 

En revanche, les pensions du régime complémentaire ne seront majorées que pendant la première année suivant le départ à la retraite.  

 

Les salariés du privé nés en 1957 ou avant n’auront, quant à eux, aucune majoration ou minoration sur leurs futures pensions.  

Partager sur les réseaux sociaux