Santé-Prévoyance
    OK
  • Devis
    OK
  • Agence
  • Contact
  • FAQ
Prothèse dentaire, couronne </br>implant : quel niveau de </br>remboursement ?

Prothèse dentaire, couronne
implant : quel niveau de
remboursement ?

Les soins dentaires de type prothèse, couronne et implant font l’objet
d’une prise en charge très limitée de la part de l’Assurance maladie.
Une complémentaire dentaire ou mutuelle dentaire vous permettra
d’améliorer votre couverture et de parer ainsi à toute éventualité.

Pourquoi est-il recommandé de souscrire à une mutuelle dentaire ?

La santé dentaire est un élément essentiel de notre bien-être physique, psychologique et social. Or, certains actes de reconstitution d’une dent abîmée ou manquante sont très peu, voire pas du tout, remboursés par la Sécurité sociale, bien qu’il s’agisse d’interventions courantes, chez les seniors notamment. Pour ne pas avoir à renoncer à ces soins, tout en évitant qu’ils n’occasionnent de trop lourdes dépenses, il est fortement recommandé de souscrire une complémentaire (ou mutuelle) dentaire, comportant des garanties renforcées sur ce type de prestations.

 

Prothèse dentaire : quelle prise en charge de la Sécurité sociale ?

Couronne, bridge, inlay-core… La pose de prothèses figure parmi les traitements dentaires les plus coûteux. Car, si l’Assurance maladie prend en charge 70 % du tarif de convention, celui-ci est souvent très inférieur aux prix habituellement facturés au patient.

En effet, contrairement aux consultations et soins dentaires courants, les honoraires pratiqués pour la réalisation de ces actes sont fixés librement par le chirurgien-dentiste ou le médecin stomatologiste. Ainsi, la base de remboursement d’une couronne dentaire est de 107,50 €, alors que le coût moyen dépasse 500 €.

 

Prothèse dentaire : quelle prise en charge par votre complémentaire ?

Votre complémentaire dentaire peut couvrir tout ou partie des dépassements d'honoraires après l’intervention de l’Assurance maladie. Le taux de remboursement sera alors exprimé en pourcentage du tarif conventionnel ou bien sous la forme d’un forfait en euros. Il est également possible de souscrire une formule sans plafond, plus onéreuse, qui remboursera les frais réellement engagés.

 

Implant dentaire : quelle prise en charge par la Sécurité sociale ?

La pose d’implant dentaire est un acte classé hors nomenclature et n’est donc pas prise en charge par l’Assurance maladie. Et, comme pour les prothèses, les honoraires sont libres et généralement très élevés. Votre reste à charge peut ainsi atteindre jusqu’à 2 500 € !

 

Implant dentaire : quelle prise en charge par votre complémentaire ?

En l’absence de couverture, même partielle, de la Sécurité sociale, la prise en charge de votre complémentaire dentaire prendra la forme d’un forfait annuel, ou, dans le cas d’une garantie sans plafond, du remboursement intégral de la facture du professionnel de santé.

 

Comment et quand souscrire une complémentaire pour couvrir ce type de frais ?

La majorité des organismes assureurs proposent des complémentaires dentaires, dont le prix (montant des cotisations) et le niveau de couverture sont variables.

 

Attention : dans la plupart des contrats, la pose d’une prothèse ou d’un implant dentaire est soumise à un délai de carence. En d’autres termes, sur ces postes de dépenses très onéreux, vous ne pourrez bénéficier de remboursement pendant une durée minimale de 3 à 6 mois après la conclusion du contrat. Ce délai d’attente a pour objet de limiter les souscriptions abusives de complémentaires. Certaines formules peuvent ne pas appliquer de délai de carence, en contrepartie de cotisations plus importantes.

 

À vous donc d’estimer vos besoins et de comparer les offres, en faisant établir un devis détaillé.

Partager sur les réseaux sociaux