Agences Agences
important FAQ
chat Contact

Aidants familiaux : quelles sont les aides ?

Être aidant familial vous contraint peut-être à cesser ou réduire votre activité professionnelle. À quelles aides financières pouvez-vous prétendre ? Quelle sera votre rémunération si vous prenez un congé proche aidant ? Au-delà de l’aspect financier, il existe aussi des aides pour prendre du temps pour soi et être accompagné.

Aidants familiaux : quelles sont les aides ?

Qu’appelle-t-on les aidants familiaux ?

Un aidant familial est une personne qui assiste un membre de sa famille en perte d’autonomie ou en situation de handicap dans ses activités quotidiennes. Il ne s’agit donc pas d’un professionnel. La plupart des aidants ont même un emploi, en plus d’accompagner leur proche.

 

Il aide son proche dépendant en lui prodiguant des soins, en lui faisant ses courses, en l’accompagnant dans ses démarches administratives, en lui offrant un soutien psychologique, etc. Cette aide régulière, partielle ou totale, peut ainsi prendre plusieurs formes.

 

Les aides financières pour les personnes en situation de perte d'autonomie ou d'handicap

Le bénéficiaire de l’APA peut utiliser cette aide pour rémunérer son aidant familial, sauf s’il s’agit de son conjoint, concubin ou partenaire de PACS.

Vous devenez alors aidant familial salarié :

  • vous bénéficiez de tous les droits sociaux d’un salarié,
  • votre proche aidé est votre employeur.

 

  • Le dédommagement de la Prestation de Compensation du Handicap

La PCH peut servir à payer l’aide humaine assurée par un proche aidant :

  • soit par le salariat : en employant comme salarié la personne aidant le malade.
  • soit par le dédommagement : à hauteur de 50 % du smic horaire net (3,94€) ou de 75% du smic horaire net (5,91€) en cas de réduction ou d’arrêt de votre activité professionnelle.

 

  • L’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH)

L'AEEH permet de prendre en charge les dépenses liées au handicap de votre enfant. Pour bénéficier de l’AEEH, votre enfant doit :

  • résider en France de façon permanente,
  • être âgé de moins de 20 ans,
  • ne pas être placé en internat dont les frais de séjour sont intégralement pris en charge par l’Assurance maladie, l’État ou le Département,
  • ne pas percevoir de revenus professionnels supérieurs à 55% du Smic mensuel brut, soit 846,68€.

 

Le montant de l’AEEH de base s’élève à 132,61€.

 

  • La Majoration Tierce Personne

Le bénéficiaire de la majoration pour tierce personne reçoit une majoration de sa pension d'invalidité. Vous avez droit à cette majoration de 1 121,92€ par mois si vous êtes titulaire d’une pension pour invalidité et que :

  • votre invalidité vous empêche de travailler,
  • vous avez recours à l’assistance d’une tierce personne pour des actes de la vie courante.

 

Le droit au répit

Depuis 2016, la loi d’adaptation de la société au vieillissement prévoit un droit au répit pour les proches aidants.

Ce droit au répit permet :

  • à l’aidant de prendre du repos dans son activité d’accompagnement,
  • de financer des prestations comme l’accueil de la personne aidée dans un accueil de jour ou de nuit, un hébergement temporaire en établissement…

 

Cette aide est plafonnée à 500€ par an.

 

Le congé proche aidant

Le congé proche aidant, ex congé de soutien familial, permet de s’occuper d’une personne handicapée ou en sévère perte d’autonomie. Le congé de proche aidant est ouvert à tout salarié.

 

Sa durée ne peut pas dépasser 3 mois, ou la durée maximale fixée par la convention ou l’accord de branche. Le congé du proche aidant peut être renouvelé. Toutefois, sa durée totale ne peut pas dépasser 1 an sur l’ensemble de la carrière du salarié.

 

À partir d’octobre 2020, le congé du proche aidant fera l’objet d’une indemnisation de 43€ par jour pour les personnes en couple, et 52€ par jour pour une personne seule. Il ne sera plus nécessaire d’avoir 1 an d’ancienneté pour en bénéficier et l’indemnisation sera automatiquement prise en compte pour vos droits à la retraite.

 

Les associations de partage d'expériences

Être proche aidant est difficile à vivre psychologiquement. C’est pourquoi il est important de pouvoir échanger avec d’autres personnes confrontées à la même situation. Ces discussions permettent de partager des expériences, d’exprimer ses interrogations ou ses doutes, de recevoir une écoute attentive, de trouver des réponses pratiques à ses problèmes.

 

Ces espaces de parole sont accessibles dans :

 

 

Partager sur les réseaux sociaux