Compléter sa retraite quand on est indépendant (TNS)

​Je ne suis pas salarié, j’ai l’impression que j’aurai une retraite dérisoire : qu’est-ce qui est prévu pour les travailleurs indépendants et non-salariés (TNS) ? 

Contactez notre expert

 

 

En tant que travailleur non salarié, vous aurez peut-être envie de compléter vos revenus une fois que vous serez à la retraite. 

 

Retraite de base des travailleurs non-salariés

Penser qu’un travailleur non-salarié aura une retraite dérisoire est une idée fausse. Certes, il cotise au Régime Social des Indépendants (RSI) et non auprès de la Sécurité sociale mais à revenu identique, il percevra, pour la retraite de base, le même montant qu’un salarié. Pour l’un comme pour l’autre, le montant de la retraite est en effet fonction des revenus et du nombre de trimestres cotisés.

Des différences existent cependant.  Pour les professions libérales cotisant au régime de base de la Caisse nationale vieillesse des professions libérales (CNAVPL) - architectes, kinésithérapeutes, infirmiers… -, le calcul de la retraite se fait à partir de points et non de trimestres. Leur nombre dépend toutefois, là-encore, des cotisations versées et des bénéfices réalisés.

 

Se constituer un capital


Autre différence de taille : la retraite complémentaire. Un salarié peut en avoir une ou deux. Il cotise pour commencer à l’Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Arrco) et, s’il est cadre, à l'Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc).

Le travailleur non-salarié ne peut, pour sa part, cotiser qu’à une seule caisse de retraite complémentaire : soit la Retraite complémentaire des indépendants (RCI), soit auprès de l’une des douze caisses de retraites complémentaires rattachée à sa profession s’il exerce une profession libérale,

Sur cette base, oui, un travailleur non-salarié aura une retraite plus faible que celle d’un salarié. A lui donc de prévoir une retraite supplémentaire en constituant un capital par versements ponctuels ou réguliers.

 

Epargner pour sa retraite : assurance vie et Plan d'Epargne Retraite Individuel


Deux options principales s’offrent à lui :

  • Tout d’abord, il peut verser de l’argent sur une assurance-vie. L’avantage de ce type d’épargne est que l’argent est disponible à tout moment et qu’elle bénéficie d’une fiscalité avantageuse
  • Deuxième solution : le travailleur non-salarié peut bénéficier du nouveau dispositif de la loi Pacte: le Plan d'Epargne Retraite Individuel. Le PERI héberge l’ensemble des versements visant à préparer ses futurs revenus complémentaires à la retraite.Il est composé de 3 compartiments qui disposent chacun de leurs propres conditions fiscales. Le nouveau dispositif autorise la sortie en capital, notamment pour les versements volontaires et les versements issus de l’épargne salariale.

Il n’est pas nécessaire de faire un choix parmi ces deux solutions car les combiner est possible, pour ne pas mettre « tous ses œufs dans le même panier ».

 

Faire l'acquisition d'un bien immobilier

Enfin, dernière solution pour un travailler non-salarié en vue de sa retraite : devenir propriétaire d’un bien immobilier. Si on le peut, acquérir sa résidence principale, c’est s’assurer un toit pour la vie. Un atout indéniable pour bien commencer sa retraite et compenser le manque à gagner d’une retraite complémentaire qui serait insuffisante.

 

En savoir plus sur la loi PACTE et ses conséquences

Réponse plus détaillée
Les autres réponses à ce sujet
Quelles solutions pour un travailleur non salarié en cas de gros coup dur ?
Partager sur les réseaux sociaux